L’acétaldéhyde est classé dans le Groupe 1 des agents cancérogènes pour l’homme, et nous y sommes exposés chaque jour!

Où trouve-t-on l’acétaldéhyde?

L’acétaldéhyde est le cancérogène le plus fréquent au monde. On le retrouve dans de nombreux types d’aliments, mais aussi dans l’alcool et le tabac.

L’acétaldéhyde est naturellement présent dans de nombreux types d’aliments. Il est particulièrement abondant dans les aliments produits par fermentation, comme les boissons alcoolisées, le vinaigre, les produits laitiers, les bières obtenues par brassage amateur et l’hydromel (boisson alcoolisée à base de miel).

En raison de son agréable odeur de pomme, l’acétaldéhyde est également utilisé comme arôme dans des viennoiseries, jus de fruit, rafraîchissements, pâtisseries et produits laitiers.

Les principales sources d’exposition à l’acétaldéhyde sont une forte consommation de boissons alcoolisées et de tabac.

Ses effets sur la santé?

Dans un estomac normal, sain, l’acide chlorhydrique (HCl) peut tuer les microbes producteurs d’acétaldéhyde (levures et bactéries), qui sont transportés de la cavité buccale à l’estomac par la salive. Dans certaines conditions, ces microbes forment de l’acétaldéhyde par oxydation de l’alcool ou fermentation des sucres ingérés.

Chez les sujets atteints de ce que l’on appelle une gastrite atrophique, l’atrophie de la muqueuse de l’estomac entraîne la disparition des cellules productrices d’acide. Les microbes sont alors capables de se multiplier.

Les personnes qui ont pris des médicaments anti-acides pendant longtemps sont également exposées à un risque de croissance microbienne dans celui-ci.

Contrairement au foie, la muqueuse des intestins et les microbes de l’estomac sont incapables de transformer l’acétaldéhyde en acide acétique et en eau.

Pour cette raison, une grande quantité d’acétaldéhyde s’accumule dans la salive, l’estomac et le tractus digestif inférieur.

La Loi:

Il a été estimé que la consommation journalière d’acétaldéhyde par une personne de poids moyen (70 kg) ne devrait pas dépasser 0,4 mg.

Cela signifie que la teneur en acétaldéhyde d’une portion de 100 ml de boisson alcoolisée ou d’aliment ne devrait pas dépasser 50 µmol/l.

Or, la teneur en acétaldéhyde de certains aliments peut être des milliers de fois plus élevée que le seuil de sécurité.

Les plus hautes teneurs en acétaldéhyde se trouvent dans certaines boissons alcoolisées (comme le calvados, le xérès et le cidre), les produits fermentés, certains fruits et produits à base de fruits.

 

Ecopref-air, distributeur et installateur des purificateurs AeraMax, dans toute la France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here